Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pcf nice nord

Voeux de la Section de Nice du PCF : Convivalité et affluence (Photos et intervention de Philippe Pellegrini, secrétaire de section)
Voeux de la Section de Nice du PCF : Convivalité et affluence (Photos et intervention de Philippe Pellegrini, secrétaire de section)
Voeux de la Section de Nice du PCF : Convivalité et affluence (Photos et intervention de Philippe Pellegrini, secrétaire de section)
Voeux de la Section de Nice du PCF : Convivalité et affluence (Photos et intervention de Philippe Pellegrini, secrétaire de section)

Cher amis, chers camarades,

 

En ce début d’année, la Section de Nice du PCF a tenu à inviter largement pour pouvoir partager un moment de convivialité entre les communistes de Nice et ceux avec lesquels nous avons partagés différents combats en 2017. Aujourd’hui, c’est l’occasion de souhaiter une bonne année 2018 à chacun d’entre vous ainsi qu’à vos proches, une année 2018 de bonheur, de santé, d’épanouissement personnel, professionnel et familial. C‘est donc le moment traditionnel d’échanges de vœux mais nous savons aussi que c’est le moment où se clôt la période des fêtes et où les luttes sociales et politiques reprennent. Cette année la trêve des confiseurs sera particulièrement courte. Des luttes locales aux résistances face à la politique de casse sociale du gouvernement Philippe et du Président Macron, l’urgence est déjà à la mobilisation. Sans compter, qu’au-delà de notre paysage politique national, on voit Donald Trump et la superpuissance qu’il dirige s’assoir sur tous ce qui reste de multilatéralisme. C’est la sortie des accords de Paris, la sortie de l’UNESCO, le droit international bafoué avec la reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël, ce sont enfin et surtout ces menaces de conflits pouvant aller jusqu’à la catastrophe nucléaire. De l’Iran à la Corée, il n’est pas un jour ou l’administration US ne produise des gestes de menaces, de sanctions contre les peuples et une diplomatie irresponsable.

Si l’on revient au niveau national, on sait qu’après les ordonnances de casse du code du travail l’agenda de Macron est terrible pour toutes les conquêtes sociales que nos mobilisations et celles de nos ainés avaient pu arracher au capital. Personne n’est épargné à part l’infime minorité la plus riche de ce pays et jamais le qualificatif de « Président des riches » déjà attribué à Sarkozy n’aura jamais été plus vrai. Aujourd’hui, la suppression de l’impôt sur la fortune, l’allègement très sensible de l’imposition du capital se voit conjuguer avec la casse accélérée des services publics au premier rang desquels celui le plus fondamental de la sécurité sociale par l’aggravation des politiques de Hollande et Sarkozy de mise à bas du système de cotisation. Alors que ces puissants nous parlent sans arrêt du coup du travail, le coût du capital n’a jamais été aussi pesant sur nos épaules et c’est par milliards que les pauvres subventionnent les riches et qu’on nous raconte la fable du premier de cordée, et autres fadaises de l’American Dream, du self-made man de la start-up nation etc. Pourtant jamais cela n’a existé et nous savons qu’au contraire les élites se reproduisent de manière endogène accroissant même en leur sein les inégalités qui existent dans la société notamment entre les hommes et les femmes. Tout cela, rappelons-le, sur fond de fraude et d’évasion fiscale où les quelques chiffres connus de quelques cabinets d’avocats dans une toute petite partie des paradis fiscaux nous donnent le vertige.

Ici à Nice et plus largement sur le territoire de la métropole et du département, tout est aggravé par les duettistes de la droite azuréenne Estrosi et Ciotti qui, si aujourd’hui se trouvent en rivalité de carrière, sont toujours d’accord pour aggraver les politiques nationales. Quand l’un veut renforcer l’arsenal judiciaire contre les citoyens solidaires des réfugiés et réintroduire les peines planchers, l’autre veut armer les ASVP et organise la ségrégation urbaine pour rendre la ville de Nice de moins en moins accessibles pour ceux qui y travaillent et qui font vivre la ville mais que l’on repousse à la périphérie voire plus haut dans les vallées. Cette politique qui s’appuie sur différents leviers est illustrée par le prix du foncier, un parc locatif privé prohibitif, une politique de logement public caractérisée par l’indigence et le clientélisme mais aussi sur les politiques de transports et d’implantation de service publics qui créent des frontières plus discrètes mais plus efficaces que les murs de béton. C’est le mur de l’argent ! La lutte contre cette politique de ségrégation urbaine sera notre priorité et dès la semaine qui vient, nous lancerons une série d’initiatives pour mobiliser les citoyens et proposer des alternatives aux choix actuels. Nous ne pouvons continuer comme cela, il nous faut exiger un droit à la ville.

Comme je vous l’ai dit la trêve des confiseurs sera courte et dès cette semaine je vous propose plusieurs rendez-vous. Tout d’abord lundi 8 à 13h devant le Palais de Justice, nous serons présents pour soutenir Martine Landry poursuivie pour délit de solidarité. C’est encore une de nos concitoyennes à qui, comme à beaucoup d’autres avant elle, l’on reproche juste d’avoir conservé une humanité intacte. Dès jeudi, je vous invite à être présents au côté du personnel hospitalier du CHU de Nice qui se rassemblera devant Pasteur 2 pour protester contre les politiques qui les empêchent de faire convenablement leur métier. Les décisions des directions du CHU et de l’ARS de supprimer près de 300 lits et autant d’emplois ou les politiques de la direction d’établissement, qui accentue les dégâts pour les personnels et les patients par une pression accrue sur les personnels et n’a pas anticipé les épidémies hivernales de grippes et de gastroentérite malgré les alertes lancées par les organisations de salariés. Ce sont des aujourd’hui des milliers de salariés qui se retrouvent au bord de la rupture, en plein burnout. Enfin je vous donne un troisième rendez-vous. Nous organisons deux jours de formation avec Bernard Friot, économiste et sociologue passionnant qui donnera les outils nécessaires selon lui pour vaincre Macron et c’est l’occasion d’avoir de riches débats et d’être armé idéologiquement pour lutter contre le libéralisme et les théories du capital qui sont bien loin de n’être reprises que par ce qu’on appelle « la droite ».

Après ce tableau un peu sombre et avant de partager le pot de l’amitié je voudrais vous donner une information encourageante et malheureusement passée sous silence. L’année dernière, sur le territoire national on a pu recenser plus de 300 luttes gagnantes sur la question des salaires, de l’emploi, du maintien des services publics. Des salariés qui gagnent recouvrent confiance dans l’action collective et ses possibilités de succès. Faisons-le savoir ! Quand on se mobilise bien souvent c’est efficace. Je vous renouvelle mes meilleurs vœux et faisons ensemble de 2018 une année de victoire pour les classes populaires et le monde du travail.

 

 

Philippe Pellegrini

Secrétaire de la Section de Nice du PCF

Voeux de la Section de Nice du PCF : Convivalité et affluence (Photos et intervention de Philippe Pellegrini, secrétaire de section)
Voeux de la Section de Nice du PCF : Convivalité et affluence (Photos et intervention de Philippe Pellegrini, secrétaire de section)
Voeux de la Section de Nice du PCF : Convivalité et affluence (Photos et intervention de Philippe Pellegrini, secrétaire de section)
Voeux de la Section de Nice du PCF : Convivalité et affluence (Photos et intervention de Philippe Pellegrini, secrétaire de section)
Voeux de la Section de Nice du PCF : Convivalité et affluence (Photos et intervention de Philippe Pellegrini, secrétaire de section)
Voeux de la Section de Nice du PCF : Convivalité et affluence (Photos et intervention de Philippe Pellegrini, secrétaire de section)
Voeux de la Section de Nice du PCF : Convivalité et affluence (Photos et intervention de Philippe Pellegrini, secrétaire de section)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article