Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pcf nice nord

SESSION DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DU 1er SEPTEMBRE 2017 : INTERVENTION DE FRANCIS TUJAGUE  AU NOM DU GROUPE FRONT DE GAUCHE

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, chers collègues,

 

Après avoir assuré pendant plus de huit ans la présidence de cette assemblée avec une autorité, une connaissance des dossiers et une compétence que nous vous reconnaissons, vous faites le choix de quitter cette importante responsabilité en raison des obligations imposées par les textes sur le cumul des mandats publics.

C'est un choix qui vous appartient. Il aurait pu être différent. Nous en prenons acte.

Vous saisissez, naturellement, cette occasion pour faire un bilan de cette présidence.

Mais aussi pour définir, à travers le Document d'Orientation Budgétaire 2018, la ligne politique que devra suivre celui qui vous succèdera.

Tout indique que cette ligne sera conforme à la politique à laquelle votre majorité s'est tenue avec constance tout au long de votre présidence.

Les interventions de notre groupe, notamment lors des Débats d'Orientation Budgétaire, du vote des Budgets et des Comptes Administratifs, nous ont permis de vous donner à de multiples reprises notre sentiment sur ces choix, de façon critique mais également constructive.

En vous inscrivant au niveau départemental dans la logique des politiques libérales mises en œuvre par les majorités qui se sont succédées à la direction du pays, qu'il s'agisse de celle de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy, vous aurez marqué du sceau de l'austérité l'action conduite pendant huit ans par notre collectivité, sans dévier de cet objectif.

Une austérité résultant de la diminution continue des dotations de l'État et de transferts de charges non compensés financièrement que vous avez régulièrement relevés sans jamais vraiment les condamner et que vous avez toujours accompagnée par une gestion purement comptable centrée sur l'objectif de réduction de la dépense publique.

Celle-ci s'est traduite par une atteinte aux conditions d’emploi et de rémunération de nos agents, et par une forte diminution de leur nombre qui diminue nos capacités d’intervention.

Elle affecte nos principales compétences, celle de l'action sociale intéressant la jeunesse, les personnes âgées, le handicap, celle des collèges ou encore des infrastructures routières.

Elle a conduit, dans notre département comme dans l'ensemble du pays, à l'affaiblissement des services publics et à la baisse des investissements sans jamais favoriser la moindre relance économique, ni contribuer au recul du chômage.

Une politique que nous combattons parce qu'elle ne profite qu'aux plus favorisés, en premier lieu aux actionnaires des entreprises du CAC 40 dont les dividendes ont encore progressé de façon indécente au détriment de l'investissement et de la revalorisation des salaires.

On s'entête, malgré tout, à poursuivre ce qui ne marche pas. Le document d'Orientation Budgétaire que vous nous proposez s'inscrit clairement dans la continuation de cette politique qui est aussi le choix du nouveau Président de la République, quoi que vous puissiez en dire.

Avec des mesures qui favorisent les nantis, telles la diminution de 3 milliards d'euros de l'Impôt Sur la Fortune, la baisse de 25% de l'impôt sur les sociétés assortie de nouvelles possibilités de dégrèvement, un changement de nom pour le C.I.C.E qui reste tout aussi nocif, tandis que le plus grand nombre sera frappé par l'augmentation de la CSG, la diminution des APL, par la précarisation de l'emploi résultant de la mal nommée "loi travail" ou encore par la suppression des emplois aidés alors qu'ils constituent souvent une passerelle vers l'emploi, sans compter que, sans eux, de nombreuses associations, certains de nos services et ceux d'autres collectivités auront des difficultés à fonctionner, voire même à continuer d'exister.

Avec, aussi, dans la continuité des précédentes majorités, l’annonce de la baisse des dotations aux collectivités de 13 milliards d'€ supplémentaires en cinq ans.

Avec des transferts de compétences imposés des Communes aux Intercommunalités et du Département à la Région ou à la Métropole et, nouveauté particulièrement inquiétante, le projet annoncé par Monsieur Macron, lors de la campagne électorale, de dissoudre, notamment dans les Alpes-Maritimes, les Communes et le Département dans les Métropoles quand elles existent.

A l'exemple de ce qu'a réalisé l'actuel Ministre de l'Intérieur dans son département du Rhône.

Des transformations dont on nous dit qu'elles ne pourront se faire que si les élus les décident en toute liberté mais qui, en réalité, sont contraintes par des pénalités financières, nous le savons tous.

À un moment où nos concitoyens sont dans l'attente de plus de services publics et de plus de proximité, ce n'est sûrement pas dans cette direction qu'il faut s'orienter.

Comme, malgré nos différences, nous sommes certainement nombreux dans cette assemblée à partager ce sentiment, nous vous proposons de l'affirmer par une motion que nous pourrions adopter lors de notre prochaine session et surtout en prenant, avec les Maires et leur association départementale, toutes les initiatives visant à:

· Conserver aux communes les missions et les moyens d'assurer leur rôle d'échelon de base de l'organisation de notre République.

· Préserver le Département en tant que collectivité des solidarités humaine et territoriale, premier partenaire des communes et de leurs intercommunalités.

Même en souffrant de la politique d'austérité qui lui est imposée, notre collectivité reste, en effet, dans les Alpes-Maritimes, un acteur incontournable du développement de nos territoires, de nos villes et de nos villages.

Avec le SDIS, Force 06 et aujourd'hui le SMIAGE, elle est au cœur du dispositif de prévention et de lutte contre les principaux risques naturels auxquels nous sommes exposés.

Bien que ne relevant pas de ses compétences obligatoires, ses politiques de soutien au logement, à l'enseignement supérieur, à la santé, à la culture, aux activités sportives, à l'agriculture, à la vie associative sont utiles et appréciées. Elles doivent être conservées et défendues.

Nous apprécions qu'au cours de vos huit années de présidence, vous ayez veillé à ce que ces interventions soient, pour l'essentiel, préservées et à ce que la répartition des aides entre les cantons soit équitable.

Nous remercions, une fois encore, les services de leur grande compétence et de leur disponibilité en souhaitant, qu'au-delà de nos différences qui persisteront, la nouvelle présidence maintienne la qualité des rapports que nous avons entretenus avec le Président que vous avez été au cours de ces huit années, et cela devant être le cas avec Charles-Ange GINESY, candidat que votre majorité a choisi de soutenir.

En souhaitant, aussi, que les dossiers de portée départementale encore en suspens sur le territoire de notre canton puissent avancer.

Je veux parler notamment de la création d'un Syndicat Mixte dans la Roya, de la voie de contournement de Borghéas de Peillon, la route du ciment ou encore de la question du tunnel de Tende, des conditions de sa réalisation, de la régulation de la circulation des camions sur la route départementale de la Roya.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article